Dires à l'Expert CHAINE

Dans le cadre de l’expertise judiciaire, j’ai rédigé, au total, 5 Dires à Expert.
Le 1er Dire consistait en une  analyse critique de l’intégralité du pré-rapport d’expertise. Le Pr Gilles CHAINE n’a répondu que sur deux points, s’attachant, d’une part,  à nier les libertés prises par rapport au respect du principe du contradictoire ; d’autre part, à  justifier son refus de me communiquer les résultats des examens orthoptiques faits le jour de l’expertise  – ce qui lui a permis de les interpréter à sa façon dans le pré-rapport. En particulier, de déclarer, faussement :
- que ma diplopie se limite au regard inféro-latéral gauche ; qu’elle n’existe pas en position primaire ; et qu’elle est parfaitement corrigée par les prismes ;
- que mon œil gauche est plus malade que le droit ;
- que la vision stéréoscopique (perception des reliefs) est tout à fait normale ; 
- qu’avoir une acuité visuelle corrigée de 12/10èmes, de 10/10èmes ou de 7/10èmes, c’est du pareil au même, surtout pour un myope (on se demande pourquoi)
 ;
Etc.

Le Pr CHAINE a poussé le zèle, ou son allégeance au Dr TAZARTES, jusqu'à nier l’incidence du torticolis oculaire (position vicieuse de la tête pour diminuer la diplopie) sur le cou et les vertèbres cervicales (et dorsolombaires). On se demande pourquoi on appelle cette position vicieuse « torticolis oculaire » ? Incidemment, il est le seul ophtalmologiste à avoir jamais mis cette incidence en doute. Même le premier Expert, le Pr Laurent LAROCHE, qui, pourtant, est loin d’être un tendre avec les victimes, n’était pas allé jusque-là. S’il a évidemment réduit la diplopie au regard en bas et à gauche, conformément à la déclaration écrite, occulte, du Dr TAZARTES, il reconnaît l’existence de la position antidiplopique – même si c’est pour l’évacuer immédiatement :
« Il s'agit d'une diplopie dans le regard en bas, et à gauche avec une attitude antidiplopique de la tête, penchée sur l'épaule gauche lors de la lecture. Il résulterait de cette position anti-diplopique que Madame BUCHER décrit comme un blocage de la tête et du cou, des crampes musculaires qui la font souffrir. » (Rapport LAROCHE p.7)
« La seule séquelle réellement gênante est l'existence d'une diplopie dans le regard en bas et à gauche, nécessitant une position anti-diplopique. Il est toutefois à constater que l'occlusion simple d'un œil supprime la diplopie, et donc la position anti-diplopique correspondante» (Rapport LAROCHE p. 11)
Dommage pour moi que le Pr LAROCHE n’explique pas comment, pratiquement, je dois faire pour garder un œil fermé en permanence.  Suis-je censée vaquer à mes occupations, faire cours en clignant d’un œil ? En me faisant coudre les paupières d’un œil ? En obturant un verre de lunettes ? Et si je dois me passer ainsi, de façon permanente, de l’usage d’un œil, pourquoi ne compte-t-il pas l’IPP correspondant à la perte d’un œil – qui est de 25% ?
Ce faisant, le Pr LAROCHE ne s’aperçoit pas qu’à vouloir conserver, à la fois, la diplopie dans le regard en bas et à gauche, et la position antidiplopique lors de la lecture, il essaie tout bonnement de réaliser la quadrature du cercle. En effet, quand on lit, on n’utilise pas le regard en bas et à gauche, ou « le regard inféro-latéral extrême gauche », selon la formulation du Dr TAZARTES. Ce regard-là n'existe tout simplement pas à distance de lecture. Sauf à lire debout, avec le livre posé à terre, assez loin à gauche de son pied gauche.
Pour en revenir à l'Expert CHAÎNE, et lui faire justice, il faut préciser qu'il ne tient de propos aussi farfelus et contraires aux données acquises de la science et de la pratique médicales que dans l’expertise judiciaire me concernant. Dans ses ouvrages, il exprime l’opinion unanimement partagée selon laquelle diplopie, torticolis oculaire et incidences sur les cervicales (douleurs + déformation du rachis si rien n’est fait pour corriger la diplopie de façon efficace) sont forcément liés. Pour lui, la position vicieuse sert même à détecter une diplopie qui, sans cela, passerait inaperçue. Autrement dit, s’il peut exister des diplopies qui ne s’accompagnent pas de position vicieuse, il n’existe pas de position vicieuse sans diplopie, soit,  tout le contraire de ce qu’il raconte dans son rapport d’expertise ! (Voir, notamment, Ophtalmologie et pathologie Générale, « Strabisme, hétérophories et paralysies oculomotrices », pp. 46 à 49.)

Quant aux Dires à Expert n° 2, 3, 4 et 5, le Pr CHAINE n’y a pas du tout répondu, sous prétexte qu’ils lui sont parvenus après la date limite de dépôt des dires. Le fait qu’il m’ait envoyé la déclaration (écrite, occulte) du Dr TAZARTES avec deux mois de retard et seulement après avoir rédigé son pré-rapport, ne justifiait pas, à ses yeux, d’un délai supplémentaire pour y répondre, pas plus que le fait qu’il ait, lui-même, déposé le rapport définitif avec deux mois et demi de retard. 
2ème Dire à Expert : Evaluation de l’Incapacité Permanente Partielle (IPP) et des autres préjudices
3ème Dire à Expert : Déclarations comparées du Dr TAZARTES et des Experts
4ème Dire à Expert : Observations sur les déclarations du Docteur TAZARTES en date du 12 avril 2002
5ème Dire à Expert : Commentaires de l’Expert 

Azureine, victime de fautes médicales et d’expertises judiciaires bidon

P.S. Les Prs LAROCHE et CHAINE auraient de sérieuses raisons d’en vouloir au Dr TAZARTES et j’espère qu’ils ne se sont pas gênés pour le lui dire ! Ils l'ont suivi, et se sont ridiculisés à dire des âneries ophtalmologiques que même la victime qui n’y connaît rien n’aurait jamais dites !

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×